07/02/2017
PROJET "NANTERRE CŒUR UNIVERSITÉ"
Ingérop précurseur de l’efficience énergétique à l’échelle du quartier

 

A l’heure d’une dynamique de développement territoriale ou l’ilot mixte supplante le projet de bâtiment isolé et mono-usage, Ingérop prend part à la conception d’un quartier exemplaire du point de vue de la solidarité énergétique.

Le projet urbain développé par Bouygues Immobilier « Nanterre Cœur Université » à Nanterre, s’impose en effet comme précurseur d’un modèle de quartier durable au sein duquel la mixité d’usage est le levier d’une maîtrise énergétique ambitieuse et innovante.

 

Ce projet urbain Bouygues Immobilier polarise une dynamique de mutation urbaine à partir de la nouvelle gare RER Nanterre Université, qui a ouvert en décembre 2015. Il s’inscrit dans le cadre de l’aménagement par l’EPADESA de la ZAC Seine Arche.

 

Il comprend :

Environ 500 logements (35 000m² répartis sur 4 programmes), 27 000 m² bureaux Green Office (sur 2 lots), 14 000 m² de commerces (environ 30 commerces et une dizaine de restaurants) dont : un complexe cinématographique de 10 salles (plus de 1500 places), un espace dédié à la création numérique de 2000, un parking mutualisé de plus de 750 places. Ce sont également plus de 2500m² d’espaces végétalisés.

 

Dès la phase Concours, INGEROP a proposé, pour satisfaire la majorité des besoins énergétiques à l’échelle du quartier, de créer un réseau d’eau tempérée (RET) à base géothermique ou chaque programme peut se raccorder.

 

En voici quelques-uns des éléments caractéristiques :

40% minimum d’ENR à l’échelle du quartier sur l’ensemble des 5 postes de consommations

La réalisation de cet éco-quartier se doit d’intégrer une empreinte énergétique et environnementale la plus faible possible. Cet engagement est matérialisé par un recours à 40% minimum d’ENR à l’échelle du quartier sur l’ensemble des 5 postes de consommations encadrés par la Règlementation Thermique (Chauffage, Climatisation, Eau chaude sanitaire, Eclairage, Ventilation et auxiliaires).

Pour atteindre l’objectif et viabiliser l’attrait commercial des différents volumes Bouygues Immobilier, assisté de son équipe (INGEROP/EMBIX/GREEN AFFAIR), s’est fixé différents objectifs de moyens à respecter :

Labellisation Green office® et BEPOS EFFINERGIE® des 2 bâtiments de bureaux Un besoin maximum de chauffage à 15 KWh/m²/an avec un niveau RT2012-20% sur les consommations de chauffage de l’ensemble des logements La création d’un réseau énergétique pour chauffage/climatisation à l’échelle du quartier intégrant 65% d’ENR Une production énergétique pour Eau Chaude Sanitaire à l’échelle du quartier intégrant 65% d’ENR

 

La géothermie comme base énergétique

Suivant les études estimatives de consommations énergétiques (chauffage/climatisation/eau chaude sanitaire) propres à chaque typologie d’usage, il a été validé entre les différents acteurs du groupement la nécessité d’utiliser le sol comme base thermique ainsi une utilisation de la géothermie en respectant un équilibre thermique annuel pour assurer une pérennité de la solution dans le temps.

 

La création d’un réseau d’eau tempérée (RET) ou chaque programme vient se raccorder

Chaque bâtiment raccorde alors sa/ses machines tel que pompe à chaleur (production unique de chaud ou froid) ou Thermo-frigo-pompe (production simultanée de chaud/froid) suivant besoins propres chauffage/ecs et/ou climatisation. Les excédents d’énergie sont ainsi transportés via le RET permettant le transfert d’énergie entre bâtiment et le surplus absorbé par la géothermie (base été/hiver). La mise en place d’appoints centralisés permet alors de pallier aux appels de puissances non couvert par la géothermie (chaudière en hiver et dry en été).

 

Le principe de la solution technique du RET présente plusieurs intérêts du point de vue énergétique :

Un transfert énergétique chaud/froid au sein des bâtiments (Mise en place de TFP avec éjection de l’excédent dans le RET). Un transfert énergétique entre bâtiment (quand les besoins des bâtiments sont simultanément antagonistes chaud/froid). Une optimisation des performances des machines raccordées (éjection des excédents sur une boucle d’eau tempérée avec possibilité de produire de l’eau chauffage et eau de climatisation à température la plus adaptée aux besoins du bâtiment). Mise en place d’un calorifuge sur RET non indispensable, les pertes thermiques du réseau pouvant être même profitables au rendement global. Possibilités de mise en place d’appoints performants et réduisant les consommations (chaud : chaudière à condensation / Froid dry-cooler avec ou sans adiabatique).

 

D’autres leviers possibles

Afin d’obtenir une efficience énergétique maximale, il a également été proposé différentes optimisations intégrables sur le système RET :

         Stockage journalier :          Récupération d’énergie fatale frigorifique sur PAC ECS eaux grises          Récupération d’énergie fatale calorifique sur process chambre froide

Nul doute que ces dispositions trouveront un écho favorable auprès des acteurs publics ou privés de l’aménagement durable du territoire à l’heure du lancement de l’appel à projet pour « Inventer la métropole du Grand Paris ».

 


En savoir plus : Cœur  de Quartier – Nanterre

CONTACT
COMMUNICATION - PRESSE

Silvia Nimo
Responsable de la Communication

Julie Boulanger
Webmaster - Digital

Tél. +33 1 49 04 55 00
communication@ingerop.com